Sádaba

LÉGENDES AUX PIEDS DU CHATEAU

Sádaba est l’un des noms les plus mystérieux de la région. La tradition populaire dit qu’il viendrait de l’arabe ou de l’hébreu, Sedubay, mais les philologues pensent qu’il provient de la présence d’eau (la rivière Riguel) et de la colonisation romaine où Sádaba était une ville très prospère, avec des exemples architecturaux remarquables comme le Mausolée de l’Atilios

La richesse de l’empreinte médiévale est également notable avec son château impressionnant du XIIIᵉᵐᵉ siècle, un exemple unique de l’architecture militaire avec ses sept tours –toutes différentes à ce qui existe dans la région-. Son excellent état de conservation permet de visiter son intérieur.

Selon la légende, il existait un passage secret qui allait du puits du château au couvent des Carmes qui est maintenant une pharmacie par lequel le roi ou l’homme chargé de la forteresse pouvaient s’échapper en temps de guerre. N’oublions pas que Sádaba était la frontière entre deux royaumes.

En outre un autre passage unissait les deux monastères cisterciens de la ville, celui de Puylampa et celui de Cambron (aujourd’hui propriétés privées), par lequel «le moine Anton se promenait la nuit », un commentaire (perverse) qui faisait allusion à que l’un était de moines et l’autre de nones.

Quant à l’église, couronnée d’une magnifique tour –considérée par les spécialistes d’art comme la plus belle tour gothiques d’Aragon- préserve des trésors dans son intérieur, tels que le rétable principal, œuvre du célèbre Juan de Ancheta; le rétable de San Miguel avec des sculptures ornées de riches tissus et de dentelle; ou le Christ marin, qui repose dans ce temple après son long voyage sur l’océan Atlantique où Tiburcio Xinto capitaine Carlos Frégate V- l’a trouvé en 1503. Et sur un côté du temple, tout en haut, le magnifique orgue restauré de 1768.

Le centre de Sádaba se distingue par ses constructions nobles, surtout dans la Calle Mayor et ses alentours, où des références juives sont également conservées, présentes dans le nom de rues telles que Cantarranas ou Barrio Verde, car cette ville possédait une importante colonie juive consacrée à la laine, qu’elle vendait dans une foire qui se célébrait assidûment à Sábada et à laquelle tous les juifs de la région venaient pour faire du commerce avec leurs produits.

Aujourd’hui, l’une des constructions historiques les plus remarquables du centre-ville est la Casa Cortés, convertie en restaurant où on peut savourer une gastronomie faite avec des produits locaux dans un décor chargé d’histoire.

Site Internet: www.sabada.es

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies
X