Erla

BERCEAU DU TÉNOR ANTONIO ARAMBURO

À côté de la colline de la Couronne, sous la chapelle du même nom, se trouve Erla, une petite ville de la région à 60 kilomètres de Saragosse.

Son nom est d’origine indo-européenne, et fait allusion au cours d’eau qui borde cette commune, l’Onsella.

L’une de ses maisons a vu la naissance du célèbre ténor Antonio Aramburu (1840-1912), que beaucoup considèrent comme le meilleur ténor de tous les temps en Aragon. Le 17 janvier 2003, un buste a été placé dans la maison natale de l’artiste, célèbre non seulement pour son excellente voix, mais aussi pour son comportement. Ainsi, un jour, alors qu’il se produisait à la Scala de Milan, il sorti de la scène sans prévenir pour aller préparer un plat de sa région locale et chanter des jotas dans son palais milanais. Aramburu était célèbre pour ses spectacles d’opéra (Norma, Lucrecia Borgia, La forza del destino, etc.). Sa musique et sa ville d’origine ont acquis une grande réputation autour du monde grâce à ses triomphes en Italie, mais aussi en Argentine, à Gênes et dans les meilleurs théâtres d’Espagne (Liceo, Teatro Real de Madrid, etc.). Il a passé la fin de ses jours à Montevideo, où il a fondé une école de chant pour transmettre son art.

La maison du ténor est au centre de Erla, non loin de l’église de Santa Maria Maggiore, de la fin du XIIe siècle, à côté d’une belle tour construite par Lopez de Gurrea, seigneur d’Erla, au quinzième siècle, qui offre une vue magnifique de l’horizon de la région.

A l’intérieur de l’église, le rétable de la Vierge de la Couronne, du XVe siècle, est selon María del Carmen Lacarra, experte dans l’art médiéval, une pièce unique et le meilleur exemple des œuvres de Thomas Giner et Arnault Castellnou entre 1465 et 1466.

L’ensemble, composé de treize panneaux peints à la détrempe, recrée la vie de la Vierge Marie avec son fils. Un trésor pictural que la localité d’Erla conserve avec fierté et admiration.

A l’extérieur de la ville, près du quartier historique on peut voir les restes du château de Santías, mentionné dans les annales du XIIe siècle et décrit par le célèbre géographe portugais Juan Bautista Labaña qui lui attribuait une enceinte fortifiée et une tour rectangulaire qui aurait appartenue à Miguel de Gurrea. Aujourd’hui, il est hélas dans un très mauvais état de conservation.

Le château de Paúles, au contraire, également d’origine médiévale et propriété privée, une maison-tour avec une église baroque, qui appartenait à Martín Sánchez del Castellar, est aujourd’hui très bien conservé. Il a même d’ailleurs été utilisé pour tourner des films d’époque.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies
X